mardi 10 octobre 2017

Jericoacoara : Ô temps, supend ton vol...

6 jours d'auberge espagnole dans un petit coin de paradis !


Nous aterrisons après 3h de vol Rio - Fortaleza dans la soirée. Direction un petit hostel miteux. Nous inaugurons nos sacs à viande👍Levés peu après le soleil, nous nous dirigeons vers le front de mer où nous dégustons un savoureux petit déjeuner en attendant le car qui nous conduira à Jericoacoara. Le petit stand est un délice : de petits Mc Morning faits minute avec des mini galettes épaisses de tapioca, entre lesquelles sont coincées un 🍳 et du fromage. Le car arrive rapidement et nous partons pour Jeri, à 4h de là, dans un véhicule très confortable, dans lequel Charlotte oublie le kindle, après 4 jours de voyage. Une bonne leçon !




Plage de jeri

La traversée du parc naturel en 4x4 de Jijoca à Jericoacoara

La dernière heure du voyage se fait en 4x4, après un changement à Jijoca. Nous posons nos sacs à dos en début d'après-midi dans un hostel trouvé sur Booking et choisi pour sa pièce commune et sa cuisine très conviviales : la Tapera Jeri. Nous souhaitons rencontrer du monde les prochains jours après une escapade à Rio en "solo". Un petit point budget de Charlotte a également permis d'identifier un dépassement structurel sur le poste "repas" 🙊 : nous devons donc nous mettre à cuisiner !

Nous avions réservé initialement 3 nuits à Jeri, nous prolongeons 3 fois d'une nuit. Séduits par l'ambiance du lieu et les rencontres faites (relatées plus bas), nous nous y sentons un petit peu chez nous.

Le salon de l'auberge la Tapera Jeri

La ville est nichée dans un parc naturel et ne peut plus s'étendre. On se ballade dans les rues les pieds dans le sable. 3000 personnes y vivent à l'année, quasi uniquement du tourisme. De nombreux hôtels s'y sont implantés, mais aucune construction ne défigure l'endroit qui est protégé. On y trouve aussi des restaurants, des agences de voyage et des écoles de sport nautique. Une ambiance insouciante, joyeuse, un brin hippie y règne. C'est le paradis des kitesurfeurs et des windsurfeurs. A cette époque de l'année, c'est la basse saison dans le Nordeste et les touristes à Jeri sont donc essentiellement des sportifs, présents pour de longs séjours pour profiter du vent et des vagues.


La dune de Jericoacoara

Windsurf en fin de journée

Surf et Paddle surf au coucher de soleil

L'activité incontournable pour tout primo-arrivant est l'observation du coucher du soleil en haut de la dune. Comme tout le monde, nous y allons trop tôt. Une heure à attendre le coucher du monsieur, debout dans un vent à décorner les boeufs, avec tout le sable qui va avec. Nous guettons le fameux rayon vert ("Jeri : un des rares endroit de la Terre où l'on peut observer le rayon vert" dixit le Lonely Planet) sans le voir aucun des 6 soirs. Un vrai bon mensonge ! L'observation de la migration en haut de la dune chacun des soirs suivants nous vaut de bons rires...

On attend...

Enfin !

Le soleil se lève à 5h30 et se couche peu avant 18h. Il tape bien sûr fort ici et est au zenith de 9h à 15h (nous sommes proches de l'équateur!). Nous tentons donc de caler notre rythme sur lui pour profiter sans trop cramer. Nous nous levons tôt, notamment un matin plus que les autres, pour voir la Pedra Furada ("l'Etretat du Nordeste") sans aucun touriste, après 1h de marche sur la plage dans le lever du jour. Magique ! Nous l'avions vue la veille, lors d'une excursion, avec une centaine de touristes autour. Cette 2ème tentative est la bonne ! Le luxe d'avoir du temps 😊

La Pedra Furada

Nous nous terrons à l'auberge entre 11h et 14h, avant de ressortir pour profiter de la plage : nous baigner, et même faire une petite session de surf, malgré des vagues un peu faibles. Rien à voir avec Boutrouilles (magnifique site de surf du Finistere Nord) ! Le coucher de soleil se savoure autour d'une petite caïpirinha, commandée auprès d'un des nombreux stands qui peuplent la plage à la fin du jour. Tous les goûts sont possibles, grâce à la richesse des fruits du Brésil. Nous découvrons le caju, le fruit associé à la noix de cajou ! Un incontournable du Nordeste, quoiqu'un peu âpre.

Apéro au Dumundu bar.

Si nous nous plaisons autant à Jeri, c'est aussi grâce aux personnes rencontrées. Nous avions décidé de cuisiner, et c'est ainsi que nous échangeons rapidement avec d'autres habitants de l'auberge. C'est le début, il faut se forcer un peu. Passer de l'espagnol à l'anglais, avec quelques passages en portugais. Nous partageons une 🍕 faite maison (y compris la pâte!) avec Flor et Maximilano, 2 argentins de Buenos Aires en vacances dans le Nordeste, échangeons longuement avec Caio de Belo Horizonte (la capitale d'un aute état brésilien, le Minhas Gerais), partageons un dîner vegan avec 4 windsurfeurs israéliens (Sharon, Shalev, Itamal et David) et 2 windsurfeurs belges (Stéphanie et Juliette). Nous recevons des leçons d'harmonica et de ukelele de Shalev et faisons même un trio guitare / harmonica /  ukulele sur Stand By Me !
Et, 🍒sur le gâteau🍰 : nous faisons de la 🍦glace maison🍦avec les isréaliens ! Quand Charlotte leur a dit qu'elle travaillait dans les glaces, ils ont eu des étoiles dans les yeux. Ils osent finalement lui demander un cours et concoctons à l'aide d'un shaker une glace avocat coco. Charlotte a la pression car elle joue sa crédibilité là-dessus, mais la dégustation du lendemain matin est un succès !
Bref, de rares et magnifiques moments qui arrivent plus facilement lors d'un voyage au long cours. L'aventure humaine.

Tous en cuisine !

Avec Flor et Maximiliano

Dîner franco-israelo-belge

Cours de musique avec Shalev

Le comis craque pour la glace avant même la surgélation

Nous commençons donc petit à petit à vivre vraiment au jour le jour (en prolongeant au coup par coup à Jeri), à lier des conversations, à créer une petite routine (nos premiers repas, nos premières lessives..)... Bref à trouver notre rythme. Nous commençons aussi doucement à réaliser que nous ne sommes pas juste en vacances pour quelques semaines, même si nous nous sentons encore un peu "perdus" et "en apesenteur". On se pince toujours parfois pour se dire que c'est vrai !

Nous quittons Jericoacoara le vendredi matin direction les Lençois de Maranhenses. Nous avons un petit pincement au coeur en quittant nos "nouveaux amis" éphémères. C'est le jeu du voyage ! Nous savons que d'autres rencontres suivront.
Nous partageons un 4x4 et un bus avec un couple de français fort sympathique en tour du monde ... et que nous retrouverons le lendemain, pas complètement par hasard 😏


👌👌👌 Bons plans :
- L'auberge La Tapera Jeri : située à quelques dizaines de mètre de la plage dans une rue calme. Espaces communs propices aux rencontres et très bon petit dej inclu. Un bémol : le personnel peu aimable (ne parlant que portugais, bien sûr).

- Global Connexion : une agence de voyage qui propose également des liaisons en bus (donc moins cher que le 4x4 qui est le principal moyen de transport entre les spots du Nordeste, mais qui est onéreux). Nous avons ainsi acquis des billets à 100 reales / personne pour un Jeri - Parnaiba. Le bus quitte Jeri les lundi, mercredi et vendredi. ce même trajet coûte 450 reales pour un 4x4 entier. Agence tenue par un couple (brésilienne + hollandais), adorables et arrangeants.

- Mylittle Jeri et Mylittle Atins (facebook) : une petite agence de voyage gérée par 2 françaises charmantes installées dans ces 2 lieux incontournables de la région.

👎👎👎 Mauvais plans :
- Le faux poste de douane à Jijoca. 20 minutes d'attente pour payer un droit d'entrée dans le parc naturel, avec au guichet des personnes ne parlant ni anglais ni espagnol. Nous avons dû fournir nos passeports, mais sur le formulaire d'entrée nous venions finalement des "Bahamas" avec des numeros qui n'étaient pas ceux de nos papiers d'identité ! un scandale.

- les excursions aux Lagoas Azul et Paraiso : pas vraiment des excursions avec guide, puisqu'il s'agit davantage de ballader les touristes de restaurant en restaurant au bord des lagunes. Mieux vaut prendre des trajets A/R en 4x4 par soi-même pour s'y rendre. Nous avons préféré la Lagao Azul, moins touristique.

Chill sur la terrasse d'un bel hôtel 

Toujours le chill 

Face à la dune

Sunset jump

Lago Paraiso

Lago Azul

Ballade vers la Pedra Furada


5 commentaires:

  1. Mais comment vous envoyez trop du rêve !! Je veux bien goûter une glace de Charlotte à votre retour, ça a l'air pas mal. :-)
    J'ai hâte de voir la suite du voyage.
    Profitez bien !
    Sandra

    RépondreSupprimer
  2. Super blog ! Comment avez vous géré le trajet Jeri > Barreinhas ?
    Bon voyage !
    Philippe

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Merci pour les encouragements !
    Le trajet Jeri - Barreirinhas ne se fait pas en une seule traite, mais en 2 fois.
    Le seul onibus (car) proposant ce trajet est Expresso Guanabara. Un 4x4 passe à votre hotel et vous emmene dans un hameau à 20 minutes d'où le car part le lundi,le mercredi et le vendredi matin (à 10h) pour Parnaiba. Le trajet en 4x4 est compris dans le prix du billet et géré par la compagnie. Ce trajet dure 4 heures. Et de Parnaiba, il y a des departs le mardi, le jeudi et le samedi matin. Chaque trajet coûte à peu près 100 reales.
    Nous n'avons trouvé qu'une seule agence vendant ces billets : Global Connection, située rue Do Forro et gérée par des gens agréables.
    Bon voyage à vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le trajet Parnaiba Barreirinhas c'est à peu près le même temps. Le bus vous déposera dans les 2 cas à votre hotel.

      Supprimer