mardi 31 octobre 2017

le Minas Gerais 1/2 : de l'or, des diamants et du rococo

Dépasser la façade côtière du Brésil pour le découvrir de l'intérieur !


Nous quittons Salvador après une grosse semaine dans l'état de Bahia pour le Minas Gerais, un état non côtier du Brésil, situé à l'ouest de Rio de Janeiro. Nous pensions initialement passer nos dernières semaines au Brésil à longer la côte près de Rio jusque Florianopolis. Une simulation exhaustive du temps et de l'argent nécessaires pour les transports nous fait comprendre qu'il nous faut réduire nos ambitions. De plus, nous souhaitons découvrir une autre facette du Brésil, l'intérieur du pays : nous avons déjà passé pas mal de temps sur des belles plages ! Enfin, Charlotte a un ami de longue date, Igor, qui vit avec son amie dans le Minas Gerais. Un petit coup de fil nous confirme qu'ils y sont actuellement. Nous décidons donc de passer une semaine dans cette région notamment réputée pour son passé minier riche (mines d'or et de diamants notamment), son art religieux (magnifiques églises baroques) et sa cuisine. Nous prenons donc la route pour Ouro Preto, une des principales villes de cet état, avant de faire escale chez notre ami Igor.


La route s'avère être excessivement longue : 24h de bus initialement depuis Salvador auxquels s'ajoutent 2h30 de retard (le dernier chauffeur roule à 40km/h) sans un seul mot d'excuse. Nous arrivons à 21h30 à Belo Horizonte, capitale du Minas Gerais. Nous ratons notre connexion pour Ouro Preto et patientons 2h dans un état de fatigue extrême à la gare routière de Belo Horizonte. Et c'est donc à 1h30 du matin, éreintés, que nous posons nos sacs dans notre pousada à Ouro Preto, soient plus de 30h après avoir quitté Salvador de Bahia 😫...

Le petit screenshot pour situer le Minas Gerais. Etoile = Ouro Preto et Coeur = Diamantina

Nous passons une journée à Ouro Preto (littéralement "or noir" en portugais) où fut découvert de l'or au début du 18ème siècle. La ville fut le théâtre de la première ruée vers l'or de l'histoire et la région produisait à son apogée 80% de l'or du 18ème siècle ⛏💰 Alors, 110 000 vivaient à Ouro Preto vs 50 000 pour New York ! Tout cet or était sorti de terre par des esclaves venus d'Afrique. Cette effervescence s'est accompagnée de la construction de nombreuses églises, dans un style baroque à la sauce brésilienne, dont le grand maître fut l'Alejadinho. Un fils d'esclave devenu sculpteur doué et prolifique malgré la lèpre qui rongea son corps petit à petit jusqu'à sa mort.

Vue sur la ville de Ouro Preto

Ruelle pentue dans Ouro Preto
Nous arpentons la ville, aux ruelles pentues pavées de pierres. Pas un seul bâtiment du 20ème siècle ici. Le temps semble s'être arrêté. Ça sent un peu la poussière et la naftaline, entre les boutiques d'antiquaire et les salons de chocolat chaud. Nous visitons les églises majeures : San Francisco de Assis et Bossa Senhora do Pilar, des bijoux roccocco, riches de belles statues peintes en bois aux visages parfois difformes. La patte de l'Alejadinho.

L'église San Francisco de Assis

Alexandre, le ch'ti du binome  (les corons, tout ça...), convainc Charlotte de visiter une mine désaffectée qui semble sans grand intérêt. Nous visitons la mine de Chico Rei, un esclave ancien roi d'une tribu d'Afrique qui parvint à s'émanciper et à offrir la liberté aux membres de sa tribu eux aussi esclaves à Ouro Preto. Un héros parmi les milliers d'esclaves morts pour l'or (notamment) dans la région. Une belle histoire, mais un musée bien pauvre... heureusement nous avions négocié brillamment et obtenu 2 entrées pour le prix d'une !

Dans la mine

Alex revient bredouille :(

Autre lieu visité : le musée de l'Inconfidencia. Ouro Preto fut le lieu du premier mouvement de révolte de la colonie contre la couronne portugaise en 1789. Lassé de devoir verser 20% de l'or trouvé à la couronne (et même plus), de subir un étouffement économique du fait du commerce exclusif avec le Portugal et frustré par l'absence de liberté (liberté d'expression, etc...), un groupe de révolutionnaires mené par l'officier Tiradentes se rebelle. La révolte est rapidement écrasée et Tiradentes exécuté.
Nous terminons la journée par un chocolat chaud à la liqueur de citron (spécialité du coin, décevante toutefois, bien en-deçà du chocolat d'Angelina d'après Charlotte dont c'est le dada!) avant de sauter dans le bus pour Belo Horizonte.

Arrivés à Belo Horizonte, nous prenons un autre bus pour gagner Sete Lagoas, une ville située à 1 heure dans laquelle vit Igor avec son amie Mathilde.  Charlotte l'a connu en 2009 lors de son échange à Cordoba en Argentine. Il y vivent depuis 5 ans, et s'apprêtent tous 2 à émigrer à Lyon en Décembre. Des retrouvailles in extremis !
Nous sommes reçus comme des rois pendant 4 jours 😊 Nous passons la journée du lendemain à faire connaissance avec les nombreux habitants de la maison d'Igor et Mathilde (3 chiens, un chat, des poules), à découvrir Sete Lagoas (La ville aux 7 lacs), et assistons à un merveilleux coucher de soleil sur la sierra.

Le jour suivant, direction Diamantina, située à 3 heures de route en voiture de Sete Lagoas. Il s'agit, comme Ouro Preto, d'une ville historique au patrimoine culturel et religieux riche grâce notamment à la découverte de diamants au 18ème siècle. Elle est classée au patrimoine mondial de l'Unesco du fait de son architecture baroque. C'est également la ville où a vécu une figure de la culture populaire brésilienne, Xica Da Silva, une esclave noire devenue la maîtresse de l'intendant au trésor de Diamantina au 18ème. Une femme sulfureuse, fantasque, capricieuse, qu'il couvrait de bijoux et qui lui donna 13 enfants en 15 ans. Il lui construisit même un palais avec un lac articificiel et un faux navire dessus pour répondre à son souhait de "voir la mer", elle qui était une fille de la côte de Bahia. Nous visitons donc la maison de Xica. Son palais est hélas détruit.

La team franco-brésilienne !

Cathédrale de San Antonio da Se

Autres visites : le musée de Diamantina, la Casa Gloria (un ancien couvent jumelé à un orphelinat par une passerelle), et quelques églises bien sûr. Nous terminons la journée à la cachoeira do cristal, située à 20 minutes de Diamantina au bout d'une piste un peu tortueuse. Nous faisons quelques ploufs, profitons des derniers rayons du soleil et échappons victorieusement à une attaque de taons avant de repartir pour Sete Lagoas.

Casa Gloria a Diamantina

Une sirène dans la cachoiera do Cristal 

Après la visite de ces 2 villes historiques du Minas Gerais, voici notre petit bilan / petite comparaison pour ceux qui hésiteraient entre les 2 destinations :

- patrimoine historique : avantage Ouro Preto (cf histoire plus haut)
- ambiance globale : avantage Diamantina, qui est plus lumineuse, colorée, insouciante que Ouro Preto qui baigne un peu sans la poussière
- art religieux : avantage Ouro Preto, on peut y voir des églises plus richement décorées
- ouverture touristique : avantage Diamantina, car a la différence de Ouro Preto, de nombreux cartels en portugais ET en anglais permettent de nourrir les visites, et de nombreux monuments sont gratuits
- nature alentour : nous sommes allés en voiture a Diamantina, ce qui a facilité la découverte de cascades. Nous étions en bus a Ouro Preto, ce qui a limité les déplacements. Nous avons entendu parler d'une mine qui valait le coup hors de la ville mais nous n'y sommes pas allés faute de transport.

👌👌👌Bon plans :
- Bus Belo Horizonte - Ouro Preto : toutes les heures quasiment. Durée 2h et trajet 30 reales par personne. Wifi compris!
- Musée de l'Inconfidencia à Ouro Preto. Très riche avec cartels en anglais. C'est LE musée à faire dans cette ville.
- buffet au kilo Adega Ouro Preto : très bon, cadre typique et calme avec vue sur la ville et dans l'assiette des spécialités du Minas Gerais tant sucrées que salées. 45 reales /kg.

👎👎👎Mauvais plans :
- Mine de Chico Rei à Ouro Preto. Cher (25 reales par personne) pour pas grand chose a voir ou a faire (sauf les photos ci-dessus !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire