mardi 31 octobre 2017

Le Minas Gerais 2/2 : Inhotim, brazilian way of life et une bonne dose de chkoumoune


Après les visites des villes historiques Ouro Preto et Diamantina, nous souhaitons découvrir le Minas Gerais "d'aujourd'hui", via la visite de Belo Horizonte et du fameux musée d'art contemporain Inhotim.


Nous consacrons donc une journée à la visite de la capitale du Minas (Belo Horizonte). Nous faisons un tour dans son mercado central, arpentons les rues des quarties Lourdes et Savassi, et visitons les 3 musées de la place centrale. 
Nous sommes un peu déçus par le marché où des stands très similaires se succèdent, proposant fromages, noix et fruits du même accabit et au même prix. Aucun stand ne propose de la restauration sur place. Quelques bistrots proposent la classique feichoada et d'autres plats mineiros (du Minas), mais dans une ambiance sombre, bruyante et un brin cracra. Une zone attire notre attention toutefois : le marché aux oiseaux et aux poissons rouges. Étonnant !





Nous nous dirigeons donc vers les quartiers paisibles et un peu chic de Lourdes et Savassi. Des rues plantées d'arbres, peu de trafic... Nous trouvons un buffet au kilo soigné et déjeunons en terrasse, au milieu de familles du quartier et de collègues de bureau. Au menu : crudités, aubergines à l'huile d'olive, frites de patates et de manioc, viande à la parilla brésilienne (à la broche).

Nous profitons de cette halte pour nous renseigner sur LE grand musée de la région, Inhotim, que nous pensions visiter l'après-midi. En fait, il est a 1h30 de bus de BH 🤤... Ce sera donc pour un autre jour ! 

Nous nous rendons sur la place centrale et visitons 3 musées : 
- le musée d'histoire du Minas Gerais : un musée intéractif qui retrace l'histoire de la région. Scénographie très travaillée mais peu de choses nouvelles pour nous, après les visites des villes historiques.
- le musée de géologie : notre coup de coeur. On apprend sur les differents types de pierres précieuses, leurs usages, la mine etc... Des salles très interactives. Ça nous a rappelé la cité des sciences de la Villette !
- le centre culturel Banco Do Brasil : elle héberge des expo temporaires, et lors de notre venue, il s'agissait d'une expo sur l'art contemporain africain (peinture, photo, installation, musique). Elle vise à faire connaitre l'art africain d'aujourd'hui aux brésiliens dont beaucoup descendent d'esclaves. Le Banco Do Brasil est la banque historique du pays et possède des centres culturels dans plusieurs grandes villes brésiliennes. Elle fait circuler ses expositions dans tout le pays et à l'étranger.
Ces 3 musées, tous gratuits, nous ont surpris par leur qualité. Ils sont hébergés dans des batiments historiques rénovés, avec des mises en scène travaillées pour des contenus riches. Quel contraste avec les nombreuses personnes qui vivent dans la rue à quelques blocs, l'impression générale de bordel dans le centre ville (notamment aux alentours de la gare routière située à 15 min à pieds) et les favelas à 2 km !

BH nous donne l'impression d'une ville plutôt riche et propre, où l'automobile est, ici aussi, reine. Trop de voitures ici encore. Elle a bénéficié d'un coup de boost dans son emménagement avec la coupe du monde de foot en 2014 (rénovations, nouvelles lignes de bus...). Toutefois, nous ne lui avons pas trouvé de charme, avec ses grandes tour d'habitation modernes, et nous pas eu de coup de coeur pour sa cuisine réputée.


Charlotte mimant un dinosaure en jouets gonflables
Nous prenons le bus pour rentrer à Sete Lagoas où nous attendent Igor et Mathilde pour un diner avec le frère d'Igor, sa femme et leur fille. Nous mangeons dans un restaurant de poisson situé dans une grande cabanne en bois. Du Tilapia essentiellement, sous toutes ses formes : enrobé de panure et frit, grillé avec du fromage et de la banane cuite et en "Romeo et Juliette (ie avec du fromage et de la pate de goyave). Un régal ! Tout cela accompagné de musique live. Un très bon moment !

Le lendemain, c'est jour de CHILL à Sete Lagoas. Un belle grasse mat pour commencer. Igor et Mathilde nous emmènent ensuite savourer une feijoada typique dans un bar-restaurant insolite. Il s'agit du jardin d'un habitant de la ville qui cuisine avec sa femme des marmites géantes de plats locaux, et propose des bières plus que bon marché. Pas de pancarte devant la maison, le lieu fonctionne au bouche à oreille ! Nous y passons l'après-midi avec un ami d'Igor qui nous y rejoint. Bilan : 10 bouteilles de bière de 600 ml englouties à 4. Belle performance !


Feijoada avec les brésilens
Bar avec churrasquinho (petit barbecue de rue)

En fin de journée, nous faisons nos sacs pour rejoindre Belo Horizonte pour une nuit, afin de pouvoir prendre tôt le lendemain matin un bus pour Inhotim. Igor et Mathilde nous conduisent à la terminale de bus où nous choisissons de prendre un taxi collectif pour BH, qui est généralement plus rapide qu'un bus pour le même prix. Il fait déjà bien nuit et nous devons nous lever tôt demain. Nous choisissons donc cette option. Mais après 15 min de route, en pleine 4 voies, l'embrayage du taxi casse. Nous voilà à 10km/h et nous ne tardons pas à nous arrêter sur le bas côté à quelques centimètres d'auto roulant à près de 100km/km 😨 Nous sommes excédés 😲😲😲 Surtout que le bus parti 3 minutes après nous passe quelques instant après alors que nous attendons le dépannage.  Un taxi-collègue finit par arriver 30 minutes plus tard. Pas un mot d'excuse bien sur !

La panne d'embrayage

Cette mésaventure est vite oubliée le lendemain par la visite du parc Inhotim. Qu'est-ce qu'Inhotim? Un parc de 140 hectares, propriété d'un riche homme d'affaire brésilien, Bernardo Paz, qui a fait fortune dans l'exploitation des mines de fer. Amateur d'art contemporain, il a aménagé une partie de cette forêt/jungle pour y placer une partie de sa collection d'oeuvres monumentales : sculptures, installations diverses, photographies... La partie "Musée" du parc a été replantée et le parc est également le plus grand jardin botanique du Brésil. Nous nous balladons donc au milieu de diverses espèces de palmiers, orchidées, bois brésiliens... avec des fleurs aux couleurs et formes plus étonnantes les unes que les autres (cf photo en tête d'article). Ce parc a des allures de paradis terrestre.

un lac artificiel avec le fond peint en vert pour faire joli (true story)

Oeuvre dans la nature
Petite déglingue
C'est donc surtout la nature qui nous impressionne à Inhotim. 2 installations d'art contemporain retiennent notre attention : l'une est une critique de la déforestation et l'autre un hommage au chant en chorale. Cette dernière émeut particulièrement Charlotte. Il s'agit d'une reconstitution d'une chorale de 40 choristes professionnels chantant un des chants les plus difficiles de tous les chants religieux, composé au 16ème siècle par Thomas Tallis.
Le lien vers le chant : https://youtu.be/0_oehc90D1M
Chacun des choristes à été enregistré séparément et est matérialisé par une enceinte d'où sort sa voix. Le public peut se placer au centre (et être pénétré par la puissance du chant) ou faire un tour des enceintes (pour écouter la contribution de chacun). Nous avons eu des frissons, et avons été transportés vers une grande cathédrale anglaise !

l'installation de Janeth Cardiff

Nous rentrons à Belo Horizonte en bus, repassons à notre hôtel tenu par d'adorables évangélistes et sautons dans un bus de nuit pour Rio de Janeiro. Ce trajet sera le pire du voyage : l'air conditionné tourne à plein régime, à tel point que même avec nos habits de montagne, nous sommes congelés et ne parvenons pas à trouver le sommeil 😭 Une nuit de torture, bloqués dans ce bus sans pouvoir fermer l'oeil ni changer le thermostat du bus. Nous arrivons décalqués et frigorifiés à Rio ...

Ce dernier passage de 2 jours à Rio nous réconcilie avec la ville. Après avoir longuement hésité à passer 2 jours à Isla Grande ou Arraial do Cabo, nous optons pour 1 nuit dans une auberge un peu plus confort que d'habitude pour se remettre de nos déconvenues : l'auberge Santa Tere située au pied du quartier de Santa Teresa, avec piscine et vue sur la ville. Ce quartier s'avère bien plus agréable que Copacabana ou Ipanema. Nous en profitons pour préparer notre mois en Argentine (on apprend de ses erreurs!). Nous visitons l'Escaladera Selaron, magnifiquement coloré d'azuleros. Nous dénichons une petite boulangerie offrant de délicieuses pâtisseries au métro le plus proche, Gloria. Bref, le pied!
Nous décollons mardi soir pour Foz de Iguazu.


Alex sur l'Escalera Selaron 
Azulejos




👌👌👌Bons plans :
- la sortie à la journée au musée Inhotim. Seule option si vous n'avez pas de voiture : le bus Savitur avec départ à 8h de la rodoviaria de BH à 8h et retour à 19h à BH.
- visiter Inhotim le mercredi (gratuit) ou le mardi et jeudi (moitié prix). Ce que nous n'avons pas fait, puisque nous n'avions même pas bien localisé le musée...

👎👎👎 Mauvais plans :
- bus semi cama avec la compagnie Util. Congélation garantie. Grands s'abstenir (pas de place pour les jambes)
- les taxis collectifs dans un état douteux. Les contrôles techniques sont assez flex au Brésil...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire