dimanche 19 novembre 2017

Vida loca et fiesta à Buenos Aires

Pas de tango, mais de belles retrouvailles avec des amis de voyage qui donnent une saveur unique à cette semaine passée dans la capitale.




Après une nuit de bus (17h au total) dans un confortable véhicule cama (=inclinaison a 130 degrés), nous arrivons à Buenos Aires samedi matin à 10h. Nous passerons 6 jours dans la ville et ses environs. 

À la sortie du bus, Claudia, une amie de Charlotte, nous attend. Nous passons le weekend chez elle. Charlotte l'a connue il y a 8 ans lors de son échange. Elles vivaient dans la même maison. Elle est mexicaine et vit depuis une dizaine d'années en Argentine. Après plusieurs années de vie de fête à Cordoba, son entreprise, un laboratoire pharmaceutique, lui a proposé une belle opportunité à Buenos Aires qu'elle a acceptée. Sa boîte lui offre le logement : elle vit désormais dans une banlieue ultra moderne et ultra sécurisée dans la province de Buenos Aires, à Tigre



Nordelta, la banlieue chic de Tigre

Ce pueblo, comme elle l'appelle, est la destination de weekend des portenos (habitants de Buenos Aires). Une ville moyenne agréable, située sur les bords du fleuve du même nom (Tigre). Il y a encore 5 ans, la ville était entourée de marécages. Depuis, une partie de ceux-ci a été acheté et comblée pour y construire un quartier entier d'immeubles luxueux de plusieurs étages avec piscines extérieures et intérieures, grandes terrasses,etc...  Les plans d'eau conservés ont été bétonnés pour en faire un lac artificiel transformé en marina pour bateaux à moteur autour de laquelle ont été construits restaurants, bars et commerces. Pour entrer dans ce quartier nommé Nordelta, il est nécessaire de montrer patte blanche à 2 checkpoints. Bref, on se croirait aux US. Charlotte, qui n'avait pas vu Claudia depuis 7 ans, ignorait la nouvelle vie de son amie. Nous sommes plutôt contents de poser nos sacs chez elle. Un peu de confort ne fait pas de mal ! Le quartier est archi tranquille, aucun bruit sauf les oiseaux, et une vue plutôt sympa sur un golf. Claudia s'y sent tellement bien et en sécurité qu'elle ne ferme même pas son appartement. Le comble du luxe pour elle qui a grandi à Mexico et est donc familière de l'insécurité !


Vue depuis la terrasse de chez Claudia

Après une bonne douche, et des présentations avec son chat peureux Furia, nous retrouvons son ami uruguayen Daniel pour aller savourer de la viande dans une parilla. C'est une première pour Alex qui goute enfin à la légendaire viande argentine. Et il n'est pas déçu. Nous nous régalons... Nous en avons l'eau à la bouche en écrivant ces lignes, plusieurs jours après. Nous dégustons plusieurs morceaux : morcilla, asado de tira, matambre... 



La parilla (barbecue)

On est servi !

Repus et heureux, nous partons pour une ballade digestive dans le quartier huppé de Nordelta. Nous nous posons sur un gazon bien entretenu pour boire du maté. Il s'agit d'une boisson faite d'herbes infusées dans de l'eau bouillante, qui se boit dans une sorte de grosse tasse en bois avec une paille en métal. Les argentins en ont toujours sur eux. D'ailleurs à Iguazu, chacun trimbalait son thermos. Nous assistons amusés aux débats entre Claudia et Daniel sur la paternité du maté, l'origine de la meilleure viande, la meilleure façon de la cuire (au feu de bois ou à la braise) entre l'Argentine et l'Uruguay. Nous profitons pour la première fois depuis le début de notre voyage d'une température inférieure à 30 degrés, et ça fait du bien.  Nous passons donc une très belle journée... et elle n'est pas terminée !



La team franco-mexicano-uruguayenne

Après une nécessaire sieste de presque 3 heures, nous émergeons vers 22h et partons diner tous les 3 avec Claudia dans un restaurant japonais du quartier. Des sushis créatifs accompagnés d'un blanc argentin. A minuit, nous prenons la voiture, direction le quartier de Parlermo à Buenos Aires où nous attend une collègue de Claudia et des amis dans un bar à cocktails très stylé, le Victoria Brown, rue Costa Rica. C'est un bar à peine visible de la rue, caché derrière une grande porte. La déco est super travaillée, avec des alambiques de whisky suspendus au plafond, des canapés capitonnés en cuir et des alcôves où logent des tables hautes. Nous faisons la connaissance du fondateur des lieux, un jeune argentin au style hipster de 35 ans. Sous son air de gars stylé, c'est en fait un triste sir, aux multiples boulots, et très stressé. Il nous raconte qu'il pense à ses impôts la nuit.... On se sent un peu gênés par toutes ses confidences, d'autant plus qu'il nous offre plusieurs spécialités de la maison 😞. 

Après quelques cocktails, nous sortons en boîte dans un club assez hot, choisi par les amis de Claudia. 2 jeunes femmes très légèrement vêtues se contorsionnent dans des grands cerceaux au-dessus de la piste. Alex est comme un dingue ! Vers 5h30 nous quittons le club, à moitié sourds du fait du volume de la musique. Notre hôte de choc, Claudia, qui a fait son Sam, nous ramène à l'appartement où nous arrivons au lever du jour. 

(Pas de photo de la soirée partageable sur ce blog, désolés pour ceux qui voulaient voir les contorsionistes 🤣🤣🤣)

Le réveil le lendemain est un peu compliqué. Mais quel kiff de faire la fête. Ça commençait à faire long ! La première en 6 semaines !
Nous passons le dimanche au Puerto de Frutas de Tigre. Un port où se vendaient avant des fruits et légumes qui arrivaient par bateau des plantations en amont du fleuve. Aujourd'hui le port a été aménagé pour le tourisme. On y trouve des boutiques de vieux meubles, de déco, d'artisanat ainsi que moultes bars et restau. Bref, l'endroit idéal pour un chill dominical. Nous déambulons sur les quais et embarquons pour une ballade sur un petit bateau en bois vernis pour découvrir les maisons implantés dans les canaux de l'autre coté du port.  Des centaines de petites îles (des parcelles de terre) sont peuplées de petites cabanes sur pilotis appartenant pour la plupart à de riches portenos qui y passent le weekend. Ces cabanes en bois surélevées pour faire face aux crues du fleuves ont un charme proche de celui des cabanes nordaméricaines que l'on trouve dans les forêts ou au bord des lacs. On fabule sur une vie rêvée, à Buenos Aires la semaine et à Tigre le weekend... Le pied !



La balade en bateau
Cabanes styées sur les rives du fleuve
Dégustation de glace professionnelle : une Guapaleta sorbet fruit de la passion et coeur fondant de lait concentré sucré.... un délice !


Le soir, Claudia nous dépose dans une auberge miteuse à Buenos Aires, trouvée à la va-vite sur Booking. Nous la quittons le lendemain matin pour un airbnb nettement plus agréable : une chambre double dans une maison d'artiste en plein Palermo. C'est une ancienne "casa chorizo" - une maison dans laquelle toutes les salles sont en enfilade comme des saucisses - rénovée par Lilian (l'artiste) et son mari. Nous nous sentons chez nous !  Nous passons 4 jours détendus et profitons à fond de ce petit coin de paradis.


L'entrée de chez Lili et Fernando

Le lundi soir, nous retrouvons Flor et Max, un couple d'argentins rencontré un mois plus tôt au Brésil à Jericoacoara dans notre auberge du bonheur. Nous passons une soirée mémorable. Nous sortons à un concert de percussions qui a lieu tous les lundi soir au centre culturel Konex : la Bomba del Tiempo. C'est toujours ce même groupe qui se produit depuis 11 ans. Ils invitent chaque semaine des artistes montants. Dans les spectateurs, il y a de tout : des ado, des soixantenaires, de jeunes cadres sortis tout juste du bureau, et quelques touristes. Et tout le monde se déhanche dans une ambiance bon enfant ! Nous poursuivons la soirée dans une pizzeria typique de Buenos Aires, dans le quartiers des théatres vers le metro Uruguay, chez Los Cuartetos. Max nous vante généreusement les inventions audacieuses des argentins qui sont, à l'écouter, les meilleurs pizzaiolos du monde : la pizza mozza-anchois, la pizza mozza-épinards... et bien figurez-vous que ça vient d'eux. ça nous fait bien sourire ! Les portenos ont effectivement un sacré ego !


Le concert de percussions

Dégustation de pizza. Coup de coeur pour la gugazetta et sa tonne de fromage !

On y va relax sur les visites, en arpentant les différents quartiers : Puerto Madero (des docks réhabilités) , la Boca (le Montmartre porteno), San Thelmo (les antiquités de Saint Ouen), Recoleta (le quartier chic) et son fameux cimetière, et Palermo Soho. Nous sommes enchantés par ce quartier. Beaucoup de street art, de bars et restaurants branchouilles aux terrasses agréables. Nous visitons le Musée des Beaux Arts et le MALBA (dans lequel nous retrouvons une expo vue il y a un an au Grand Palais à Paris!)



Street Art à Palermo

Idem, avec Charlotte en plus

Une façade en mosaïques dans Palermo

Alex au Caminito (quartier de la Boca)

Le Caminito

Alex qui fait mine d'être fan de foot (heureusement il ne l'est pas!!!)

Pause café au marché couvert de San Telmo
Des nombreux tags dans BA faisaient référence à la disparition de Santiago Maldonado, un défenseur des indigènes Mapuche, disparu en Patagonie début Août lors d'une intervention de la police. Son corps sans vie a étrangement refait surface 3 mois après sa disparition à quelques mètres du lieu de l'affrontement...

Nous passons également une demi journée dans le quartier historique à chercher le guide Lonely Planet de l'Argentine. Nous écumons toutes les grandes librairies. La version la plus récente trouvée date de... 2013. Un peu vieux, surtout qu'avec le taux d'inflation annuel de 20%, les prix n'ont plus rien à voir. Nous finissons par acheter la version Kindle (autant le rentabiliser vu qu'on l'a acheté 2 fois!). 


Grâce à Francesco, un italien en MBA a Buenos Aires logeant également chez Lili, nous dégottons les meilleures empanadas  d'Argentine (toujours vrai à l'heure où nous écrivons ces lignes). Le critère qui ne trompe pas : la proportion de fromage dans une empanada "jamon y queso" (jambon fromage). Beaucoup de mauvaises boutiques d'empanadas remplissent ces dernières de jambon roulé, avec quasiment pas de fromage. Énorme arnaque ! C'est le meilleur ! Le fromage, c'est la vie ! 🧀🧀🧀Celles savourées à Buenos Aires étaient bien replètes de fromage.😁



Empanada jambon-fromage très décevante 😭

Ces 6 jours passés à Buenos Aires et dans sa banlieue nous ont conquis. Nous avons adoré cette ville, charmant mélange de Madrid et de Paris, dans son architecture, ses bars et restaurants, et son atmosphère. Chaque quartier visité a sa propre identité, un peu comme à Paris. L'ambiance y est joviale et décontractée comme à Madrid. Nous ne nous sommes pas sentis une seulz fois en insécurité. 
Nos moments passés avec Claudia, Flor et Maximo ont rendu cette semaine unique.
Nous choisissons de continuer sur ce rythme plus tranquille pour le reste du séjour en Argentine : nous faisons une croix sur notre étape dans le sud de l'Argentine à Bariloche. Quasiment 30h de bus depuis Buenos Aires ainsi évitées. Nous espérons mieux profiter des régions de Cordoba et de Salta. Nous planifions également une expérience de volontariat dans un village argentin près de la frontière bolivienne à la fin du mois... A suivre !

👌👌👌 Bons Plans :

- la maison de Lilian et Fernando dans Palermo à Buenos Aires à 550 pesos la nuit, trouvée sur Airbnb (Araoz 837, Buenos Aires)
- les empanadas dans Palermo chez Del Domingo (Lerma 312, Buenos Aires)
- le Musée des Beaux Arts gratuit et le MALBA demi tarif le mercredi

👎👎👎 Mauvais plans :
- Penser qu'on peut trouver un guide papier de l'Argentine en Argentine. Que neni ! Se le procurer avant de partir !



Il n'y a pas qu'au Brésil que les sectes sont très présentes...

1 commentaire:

  1. Superbe l'art de rue en Argentine.
    Ici on prépare Noël mais les esprits sont ailleurs, à Nantes avec Pierre, Catherine, Camille et Xavier.
    Bonne continuation à vous deux.
    Bises
    Anne-Marie

    RépondreSupprimer