vendredi 15 décembre 2017

Le wahouissime Sud de la Bolivie

Notre expédition dans le Sud Lipez et le Salar d'Uyuni 🗻🌵🌅






Après un petit mois en Argentine, nous franchissons la frontière bolivienne un mardi midi, à la Quiaca. Le passage se fait rapidement. Nous posons le pied en Bolivie à Villazon, ville frontière sans charme comme sa jumelle argentine. En 5 min de taxi nous voici à la gare routière et nous sautons dans un combi direction Tupiza. Heureusement pour nous, le combi est déjà presque plein et ne tarde pas à partir. Autour de nous, des (très nombreuses) rabatteuses s'égosillent, criant fort leur destination : "Tupiza Tupiza Tupiza". Nous comprendrons rapidement que ces cris sont le vacarme sonore classique de toute gare routière bolivienne.

En 3h, nous voici à Tupiza, ville aux allures de "Far West" d'après le Lonely Planet. C'est un peu ça. La ville, enclavée dans une vallée de l'altiplano bolivien, nous offre ses rues désertes et des (mauvais) restaurants mexicains. Les physiques et les visages changent encore du Nord de l'Argentine. De nombreuses femmes portent l'habit traditionnel. On les appelle les "cholas" (qui signifie "paysane" avec une note de mépris). Elles ploient presque sous leur tenue chargée : jupon, jupe de velour colorée, chemisier, tablier, un gros baluchon en tissus rayé, 2 nattes longues nouées par un ruban et enfin un chapeau melon posé sur la tête.

Nous consacrons notre après-midi à la préparation de notre expédition dans le Sud de la Bolivie : les régions du Lipez et d'Uyuni. Nous nous étions déjà bien renseignés sur internet et une agence, citée de nombreuses fois, avait retenu notre attention : Alexandro Tour Travel. Un peu plus onéreuse que les autres, elle propose un service de qualité supérieure à savoir 5 voyageurs max par 4x4, un chauffeur guide et une cuisinière. Notre choix est fait : nous partirons avec eux. Nous comptons partir   du jeudi au dimanche afin de pouvoir découvrir les environs de Tupiza mercredi. Mais la fille de l'agence nous informe que des élections se tiennent le dimanche et le pays sera paralysé. Nous devons donc partir le lendemain pour que notre guide puisse être de retour samedi et voter dimanche. Par chance, nous trouvons 2 autres françaises à l'agence pour remplir la voiture. Nous faisons la connaissance le soir à l'agence d'autres français qui partiront avec nous : nous serons donc 3 voitures. Nous tentons de négocier en vain. Le prix restera celui annoncé initialement (voir infos en fin d'article).
En fin de journée, nous faisons un tour au mercado central pour acquérir quelques denrées pour cuisiner un bon dîner. Nous essuyons notre première averse andine : les rues se transforment en torrent, les auto roulent dans 15 cm de flotte...Nous sortons nos ponchos ! Quand nous retournons à l'hôtel, l'employé nous informe que les hôtes ne peuvent pas utiliser la cuisine... contrairement à ce qui est indiqué sur booking. Nous parvenons toutefois à nous concocter une maigre salade que nous mangeons dans le resturant vide de l'hôtel à peine éclairé.

Le lendemain, lever 5h30. Nous sommes chanceux : Dieu nous envoie son fils, Jesus, accompagné de Fortunata, qui seront respectivement notre chauffeur/guide et notre cuisinière. Jesus a 34 ans, 3 enfants de 10, 8 et 3 ans. Souriant, serein et blagueur, il travaille pour l'agence Alexandro depuis 8 ans. Il nous conduit dans son propre 4x4 ! L'agence prend vraiment peu de risque... Fortunata a la 40aine passée et 2 enfants d'une 20aine d'années qui étudient à Santa Cruz et Cochabamba. C'est l'accolyte de Jesus : elle le taquine souvent et travaille elle aussi depuis très longtemps avec Alexandro. Elle nous régalera pendant 4 jours de cuisine variée maison (soupes savoureuses, lasagnes, pancakes...). Dans notre voiture, 2 autres françaises pêchues de 33 ans : Laurie et Alexandra, en tour du monde pour 1 an.  Les passagers des 2 autres véhicules  sont tous français, à l'exception de 2 suisses de Lausanne. On n'est pas trop dépaysé...

Le 4x4 de Jésus :)


Jour 1 :

C'est le jour où nous faisons le plus de voiture, pour aller tout à l'ouest et nous approcher du Parc National dans lequel nous entrerons le 2ème jour. Nous zigzagons sur le sommet de l'altiplano. Paysage désertique et vallonné. La flore est limitée par l'altitude (nous sommes entre 3500 et 4000 m). Le sol est parsemé de "queues de lapin géantes", sortes de touffes d'herbe épaisses. Niveau sonore, nous navigons entre les tubes des années 2000 et les grands classiques boliviens, à savoir des rythmes de cumbia sur lesquels on chante l'amour à toutes les sauces. Ci-dessous le morceau qui devient rapidement l'hymne 🎶  de notre auto :
Si me quieres

Nous ne tardons pas à croiser les premiers troupeaux de lamas. On craque complètement, on perd la boule tellement ils sont à la fois magnifiques et ridicules avec leur moue parfois fière et parfois défraîchie ! Et tellement chou avec leurs bouts de laine aux oreilles (qui indiquent qui est leur propriétaire).

En quittant Tupiza 

Un cactus fleuri de rose

L'altiplano et ses queues de lapin

Premiers lamas

Une foule de lamas

2 fiers animaux

THE KING

Après une pause déjeuner dans un petit village, nous reprenons la route. Première étape : la Ciudad del Encanto, des formations rocheuses qui rappelent la Sagrada Familia.

La Ciudad del Encanto

La Ville Enchantée

Exploration


Les premières lagunes défilent bientôt. On est scotché par les milles couleurs, les sommets qui pointent leur nez derrière et la flore : des dizaines de flamants roses, des vrais !

Lagune blanche


De beaux reflets

L'envol des flamants roses

La team

L'euphorie devant tant de beauté !


Nous arrivons le soir dans notre lodge *****, à Quetena Chico. Un logement spartiate, sans douche. Des lits en dortoire, au confort acceptable. Dès la fin du jour, on se caille sévère ! On enfile toutes nos couches de pulls et de chaussettes. Le délicieux dîner de Fortunata finit de nous réchauffer. On se couche à 21h sous 10 kg de couverture chacun.

Jour 2 :

Lever matinal là encore, vers 6h. Direction le Parc National Eduardo Avaroa dans le Sud Lipez. Thème du jour : les lagunes. Bleue, blanche, rouge... On aperçoit de furtives autruches. Toujours pas mal de lamas, mais aussi des vigognes, sorte de biche d'altitude, à la laine très recherchée. On en a plein la vue ! Les photos parlent d'elles-mêmes.

Encore de beaux reflets


Une autre version avec un sommet derrière


Les flamants roses prennent la pose

Un futur flamant rose

Un flamant qui n'est plus


La lagune bleue : la plus majestueuse de toutes


Nous nous arrêtons à la mi-journée à une source d'eau chaude où ont été aménagés 2 petits bassins. L'occasion de se laver un coup, en profitant d'une vue splendide.

La vue depuis les bains

Près des bains

Autre attraction de la journée : des sortes de geysers d'eau chargée en souffre. On peut s'en approcher à notre guise, ce qui est un peu dangereux...

Les geysers

Charlotte, bientôt 31 ans...

Quelques petits soucis techniques (il s'agit bien d'une pompe à vélo...)

Le soir, nous nous arrêtons dans un petit hameau du Nord Lipez. Gros luxe : nous avons une douche chaude pour 12 ! Une souplette et au lit !

Jour 3 :

Lever matinal là encore, pour profiter des paysages vierges de touriste. Nous faisons de nombreux arrêts et plusieurs marches dans des vallées rocheuses, chacune rebaptisée selon sa forme, que l'on peine souvent à deviner.

La coupe du monde

Le dromadaire


En haut d'un gros caillou

Vue d'en bas

La lagune des oiseaux

L'anaconda

Les despacitos avec Jésus et Fortunata dégustent bières de cactus et de quinoa 

Nous nous arrêtons pour déjeuner dans la vallée d'une rivière bien verte où paissent de nombreux lamas. L'occasion de tenter des approches, plus ou moins réussies !

Un troupeau de vigognes

2 autruches (très difficiles à photographier!)


Tentative de photo rapprochée de lama

Le défilé

Nous arrivons en fin d'après-midi dans un hôtel de sel, sur les bords du Salar d'Uyuni (salar = désert de sel), l'apothéose de nos 4 jours d'expédition. L'hébergement est totalement insolite : les murs sont en sel, le sol est jonché de crystaux de sel, les structures des lits, les tables et les tabourets de la salle à manger sont en sel. On a un peu l'impression d'être dans un igloo !

Bon, on a oublié de prendre des photos.... 😭 Faites appel à votre imagination !

Nous sortons admirer le coucher du soleil sur le Salar, ce qui nous donne un avant goût de la journée de demain.
Le dîner est fastueux : soupe de légumes et de frites (quelle divine invention!) et lasagnes maison. 

La mixture maléfique...


Jour 4 :

La nuit est courte puisque nous nous levons à 4h du matin pour aller admirer le lever de soleil sur le Salar depuis l'île aux cactus. Cette île est un monticule au milieu de l'étendue de sel, assez improbable. On arrive tout juste à temps après une petite heure de 4x4. Le spectacle est magnifique, même si on se les pêle sévère !

Le lever de soleil sur l'île aux cactus

Le volcan Tunupa

On était pas vraiment seuls...

Oh le joli couple!

Lorsque nous redescendons, Fortunata nous a préparé un festin pour le petit dej, avec gateau maison and co ! Au top !

Nous passons ensuite plusieurs heures dans le Salar. Jesus nous explique qu'il s'agisait d'une mer il y a très lontemps. Mais qu'une grande partie de l'eau a disparu, laissant cette croûte de sel, sous laquelle circule encore du liquide. Une grande pause est consacrée aux classiques photos insolites, du fait de l'absence de perspective. Quelques unes de nos réalisations :

Maman j'ai rétréci la Boule

La mini Boule sur son gros ukulélé 

Trop fort Alex

Petit saut de biche

Le volcan Tunupa avec le sol salé craquelé

À l'entrée du Salar

Le Dakar passé désormais par la Boliivie

Dans le cimetière de trains à Uyuni

Nous arrivons à la mi-journée à Uyuni où le tour se termine autour d'un dernier déjeuner. Les chauffeurs et cuisinières pourront ainsi arriver à temps chez eux pour voter demain aux élections de la Court Suprême et éviter une sanction. En effet, pour obtenir un prêt, souscrire des contrats d'eau ou d'électricité, les boliviens doivent présenter leur carte d'électeur. Si ils n'ont pas voté,ils peuvent se voir refuser leur demande...
De notre côté, nous pouvons ainsi sauter dans un bus direction Potosi. Nous préfèrons ne pas nous attarder à Uyuni car la ville ne présente pas d'intérêt. Nous arrivons 3h plus tard dans la ville minière de Potosi où nous posons nos sacs, exténués, dans une auberge qui nous semble pas trop mal, à l'architecture coloniale.


Cette expédition de 4 jours était une des grandes attentes de notre voyage. Nous avons été abasourdis par les paysages, le fameux Salar bien sûr, mais presque plus le Sud Lipez. Une région dont nous n'avions jamais entendu parler, sauf par Héloïse, une cousine de Charlotte, qui nous l'avait, à raison, chaudement recommandée. Si le Salar étonne par son étendue blanche sous son ciel bleu azur, le Sud Lipez charme véritablement avec son côté sauvage, ses milles couleurs et sa faune unique.
Lors de ces premiers jours en Bolivie, nous avons été frappés par la "présence" d'Evo Morales dans chacun des villages traversés. Ce président fait beaucoup pour les indigènes, en finançant écoles, centres de santé, logement et terrains de foot. A chaque fois figure une plaque indiquant le financement gouvernemental... avec sa tête dessus !

Nous avons pris le haut du panier en termes de prix et de service. Jesus et Fortunata ont été excellents, et les échanges que nous avons pu avoir avec eux, précieux car nous aurons par la suite peu d'occasion d'échanger avec les boliviens.

Bref, cette expédition fut un énorme kiff, avec seulement 2 petites ombres au tableau. D'abord la compagnie : non pas celle de notre 4x4, mais d'un autre dont les 4 passagers immatures ont rendu les moments en commun pénibles. Mais c'est le jeu du voyage. On fait de belles rencontres et d'autres moins belles ! Et enfin, autre souci, plus durable et plus gênant : les intestins de Charlotte n'ont pas survécu à la soupe de frites et  est tombée bien malade. Le dernier jour fut donc un supplice, de même que ceux qui suivront...

👍👍👍Bons plans : 

- Microbus Villazon - Tupiza : 15 bob / personne (moins de 2 euros) pour 3h
- Alexandro Tour Travel : expédition de 4 jours /  3 nuits avec 4 passager par véhicule + chauffeur guide + cuisinière => 1350 bob / personne.
Nous avons choisi de faire ce tour dans ce sens plutôt que de partir d'Uyuni parce que nous arrivions par le Sud (Tupiza). Mais aussi sur les recommandations de plusieurs blogs. Le tour va en effet crescendo (le Salar à la fin) et on croise beaucoup moins de monde sur la première moitié. Les tours qui partent d'Uyuni ne vont pas systématiquement au Sud.
- Uyuni - Potosi : 25 bon

👎👎👎Mauvais plans :

- ne pas pouvoir choisir ses compagnons d'aventure pour 4 jours d'expédition
- la tourista en plein désert de sel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire