samedi 9 décembre 2017

Notre bilan de l'Argentine : itinéraire, les TOP et les FLOP, budget

L'Argentine, c'est déjà fini 😢😭 On a appris de nos galères brésiliennes, du coup ça a été plus cool !
😎





1. En bref

Nous avons passé 28 jours en Argentine. Si nous avons respecté notre idée initiale sur la durée consacrée à ce pays, nous avons en revanche réduit nos ambitions en termes de lieux visités. Une leçon tirée de notre séjour au Brésil 😁
Nous nous sommes consacrés à la moitié Nord du pays :
- 2 jours à Iguazu
- 1 semaine dans la province de Buenos Aires
- 1 semaine dans la province de Cordoba
- 2 semaines dans le Nord Ouest vers Salta
L'itinéraire détaillé est visible ici.

Ce pays mérite que l'on y consacre au moins 2 mois pour pouvoir descendre en Patagonie. Charlotte ayant déjà parcouru en long / large / travers l'Argentine, nous nous étions mis d'accord sur un séjour d'1 mois, afin de laisser plus de temps à la découverte de nouveaux pays.

2. Notre ressenti


Les attentes étaient hautes pour Alexandre qui subissait depuis 6 ans les louanges de Charlotte au sujet de l'Argentine. Malgré tout , il est tombé sous le charme de ce pays !
Si le charme a opéré, c'est tout d'abord grâce aux argentins. Nous en avons cotoyé un peu partout, partageant de brefs échanges avec eux dans les transports, restaurants, visites. Et  nous avons eu la chance de passer des journées entières avec plusieurs d'entre eux : des amis de Charlotte (à Buenos Aires et Cordoba), ou bien de nouvelles rencontres (à Humahuaca). Ce qui nous a frappé, c'est leur chaleur,  leur simplicité et leur ouverture. On s'est senti proches d'eux : beaucoup descendent d'européens (italiens ou espagnols en majorité). Et en même temps, ils ne sont pas tout à fait comme nous. Plus optimistes, plus ouverts aux autres, plus joviaux. La communication est aisée pour qui parle espagnol, ce qui permet une vie facile et légère. Aussi, aucun sentiment d'insécurité, ce qui nous a ravi après notre gros mois brésilien !
Nous avons également été marqués par l'engagement des argentins dans la vie politique. Tous se sentent impliqués par l'avenir politique et économique de leur pays : ils en parlent facilement, sans pour autant déclencher des débats partisans comme c'est le cas quand nous parlons politique en France. L'occurence du thème politique dans les discussions provient aussi du fait que chaque événement  leur pays traverse une phase difficile de son histoire (dont nous parlerons plus bas). 2 faits de "société", largement récupérés par le pouvoir et son opposition, ont aussi émaillé notre séjour : l'apparition du corps du militant Santiago Maldonado et la disparition d'un sous-marin hébergeant 45 militaires argentins.
La convivialité des argentins se ressent aussi dans le partage de leur savoureuse cuisine qui n'est pas un mythe. Nous nous sommes gavés d'empanadas (chaussons fourrés au four) et nous sommes roulés par-terre lors de 3 asados. Nos coups de coeur : les empanadas jambon fromage(50/50) et l'asado de tira (côte de boeuf découpée dans le sens longitudinal). Ces 2 spécialités surpassent les copies que l'on peut trouver en France ou même dans les pays voisins (les empanadas n'ont pas du tout le même goût en Bolivie!). Nous avons aussi beaucoup apprécié leur vin, notament le Torrontes (bodega Elementos) de la province de Salta.
La nature et les villes visitées nous ont également enchantés. Concernant la nature, nous n'en avons vu qu'une partie, mais sa variété nous a frappés. Peu de points communs entre les chutes d'Iguazu, les Quebaradas (vallées) du Nord Ouest ou les déserts de cactus. Une nature sauvage, qui nous a peut être un peu moins coupé le souffle qu'au Brésil,  plus propice aux randonnées de plusieurs jours qui nous avaient mis en immersion. Pour les villes, Buenos Aires et Cordoba nous ont semblé toutes 2 fort agréables à vivre. Assez européennes (entre Madrid et Milan), fourmillant d'art de rue, de petits cafés et restaurants, elle sont également propices aux ballades piétonnes.



Quand nous regardons en arrière, nous trouvons très peu d'ombre au tableau de notre séjour. Mais s'il fallait en relever quelques unes, les voici ci-dessous.
D'abord, nous avons eu le sentiment de nous faire un peu "plumer", même si c'est le jeu quand on est touriste ! Déjà, la vie en Argentine coûte beaucoup plus chère depuis 2016. Entre 2009 (quand Charlotte y vivait) et 2017, les prix des bus longue distance ont augmenté de 2,5 en équivalent euro. Le logement et la nourriture coûtent relativement chers, a minima autant qu'au Brésil. Compter minimum 25 euros la nuit pour 2 pour une chambre privative. Et l'on ne parle même pas de la Patagonie ! Aussi les étrangers payent systématiquement plus cher les entrées dans les parcs naturels et musées : souvent 2 à 3 fois plus cher et jusqu'à 5 fois plus à Salta au Musée d'Arquéologie ! 😲
Enfin, nous avons payé cher les nécessairement nombreux retraits en cash liés indirectement à l'instabilité économique du pays. (Parenthèse historique qui nous semble nécessaire / intéressante) En effet, l'économie de l'Argentine connait, depuis le début du 20ème siècle, des cycles économiques sévères. Fin 19ème, le pays était la puissance d'Amérique du Sud, avec une économie s'appuyant sur une industrialisation et des exportations dynamiques, portée notamment par une immigration abondante de l'Europe, et un réseau de transport solide (y compris ferroviaire). Le pays a ensuite connu une lente décadence économique, et l'avènement de la dictature militaire dans les années 1970 avec la fameuse "guerre sale". Après 12 années de gouvernement de gauche par les époux Kirchner, la droite est revenue au pouvoir en fin 2015 avec Mauricio Macri. Fini le financement du taux de change fictif entre le pesos argentin et le dollar. Bienvenue à l'inflation gallopante à prêt de 20% par an, et à l'imposition de 50% sur les bénéfices. Résultat : beaucoup de black. Tout se paye en cash. Même si la CB est acceptée, les prix sont généralement plus bas en espèces. La banque argentine prélève 5% sur tous les retraits bancaires (auxquels s'ajoutant les frais de la banque française pour nous français), limités à seulement 2000 pesos (100 euros). Aussi, il y de la file aux automates, qui sont souvent vides de cash dans les gares routières et autres points de passages. 

3. Notre TOP 3

- Les chutes d'Iguazu : la nature puissante et majestueuse de ces dizaines de chutes d'eau
- Le Weekend à Buenos Aires : 2 jours typiquement portenos entre la dolce vita de Tigre et la folie des nuits de Palermo
- Le Roadtrip au Sud de Salta :  3 jours de liberté à silloner les vallées andines, en slalomant entre les cactus à plus de 3000m d'altitude.

4. Notre FLOP 3

- Le jour de trop à Villa General Belgrano lorsque notre gîte fut envahi par des dizaines d'adolescents et une classe d'enfants bien trop turbulents qui anéantir notre paix en 5 minutes
- Le jour de trop à Iguazu, au lendemain des visites des chutes argentines : 6h de pluies diluviennes qui nous ont empêché de sortir de l'auberge

- Nada mas !

5. Nos meilleurs repas (ex aequo) 

- Le premier asado (barbecue) argentin à Tigre avec Claudia et Daniel. Des pièces faramineuses, de 5 variétés différentes (boeuf, porc). La viande qui fond dans la bouche...
- Notre repas d'aurevoir à la Humahuacasa avev Paula, Juan et Noelia où nous avons savons savouré des aubergines farcies et des batonnets de bananes au chocolat et dulce de leche... avec beaucoup beaucoup de fourires à partager leurs histoires : quand on tient une auberge de jeunesse, on rencontre du monde, et pas mal de fous !

6. Notre pire repas  

Notre déjeuner d'empanadas à Salta : décevant mais pas mauvais

7. Le meilleur argentin côtoyé 

Martin, qui nous a ouvert les portes de sa maison 8 ans après avoir vu Charlotte pour la dernière fois. Il nous a régalé d'un delicieux asado que nous avons partagé avec toute sa petite famille un dimanche après-midi. Un homme inspirant, cultivé et passionné par la France. Il est venu en échange à l 'Essec il y a 10 ans et a nommé sa petite dernière Lara-Paris ! 😍🗼

8. La pire galère
 

Zéro ! Nada !

9. Le budget 

Lors de notre séjour, le taux de change était le suivant :  1 euro = 20 pesos

Ci-dessous les dépenses pour 2 en euro pour 28 jours de voyage.

Total : 1950 euros,
soient 70 euros / jour.
C'est 450 euros de moins que le budget initialement prévu, cela en partie grâce au fait que nous nous sommes limités en déplacement (moitié Nord uniquement) et grâce à notre semaine de volontariat (pas de frais d'hébergement). Après le gros dépassement au Brésil, on a bien fait attention !

Alimentation et boissons : 36%
- 25 euros / jours soient 700 euros
La nourriture coûte cher en Argentine, sauf la viande ! Nous avons fait une dizaine de restaurants. La douzaine d'empanadas coûtait 180 pesos (9 euros).

Logement : 26% - 25 euros /nuit soient 500 euros (21 nuits payées seulement)
Nous avons dormi uniquement dans des chambres doubles privatives, au plus bas prix possible (salle de bain partagée), sans tomber dans des logements trop glauques. Nous avons fait une bonne moitié de Airbnb, meilleur marché que les auberges bien souvent.

Transport : 24% - 460 euros
Nous avons appris de nos erreurs brésiliennes : 3 bus longues distances seulement.

Excursions : 14% soient 280 euros
La principale dépense est la location de la voiture à Salta (+ essence) à 200 euros. Le reste est constitué des entrées dans les parcs. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire