mercredi 17 janvier 2018

Notre Noël dans le désert chilien

Roadtrip familial à 7 dans la fournaise d'Atacama 🌞🏜🌞

Nous quittons Arequipa après une grosse semaine, destination : San Pedro de Atacama où nous avons rendez-vous avec toute la famille d'Alexandre pour passer les fêtes ensemble 🎅🎉🌵






Le voyage est un long périple de 3 trajets en bus : Arequipa -Tacna (6h) puis Tacna -Arica (2h, passage de frontière inclu) et enfin Arica - San Pedro de Atacama (13h). Le passage de la frontière à Arica nous prend une bonne heure. C'est la veille des vacances de Noël et tous les chiliens vont faire leurs achats de Noël (et de PQ, parce qu'on en a vu chargés de paquets de 100 rouleaux...). Du coup, il y a de la file. Et les chiliens sont méticuleux... Nos feuilles d'eucalyptus du lac Titicaca sont néanmoins acceptées, tout comme les épices de notre cuisine ambulante ! Nous arrivons à San Pedro après 27h de voyage, épuisés mais heureux. Le changement de décor est drastique : San Pedro, c'est le désert absolu ("le plus aride du monde" d'après plusieurs sources, même si on est un peu dubitatif). Le petit village est un amas de maisons en adobe (terre cuite). Les ruelles sont en sable. Il fait 30°. Le petit centre est garnis de restaurants, bars, agences de voyage. C'est très touristique mais le village a son charme : un petit look hippie, à l'image des nombreux vendeurs tatoués proposant colliers et autres boucles d'oreilles en bord de rue.



Vue sur la Vallée de la Lune, proche de San Pedro
Nous passons la 1ère journée à San Pedro à nous reposer et à préparer la venue de toute la famille. Nous réservons une bonne table pour la soirée du 24, faisons le point sur les choses à voir et emballons tous nos cadeaux. Charlotte craque pour du papier-cadeau hors de prix vendu par une petite vieille sans scrupule qui abuse de sa naïveté. Elle lui raconte qu'elle a dû aller acheter ce papier dans la grande ville à 1h30 d'ici et qu'elle n'en trouvera pas d'autre dans tout le village. On en trouvera 4 rues plus loin 5 fois moins cher. Mais au moins, nos cadeaux sont emballés ! Nous passons la nuit dans une petite auberge de 3 chambres tenue par une famille chilienne. Simple et tranquille.

Du bien beau papier pour de bien beaux cadeaux
Nous bougeons nos guêtres le samedi à la mi-journée à l'eco-lodge réservé pour 4 jours. Nous attendions ce moment depuis quelques jours (semaines, même !) : c'est parti pour 10 jours de grand luxe vs nos 3 mois en routards🎉👑. Nous sommes stoppés dans notre élan de joie : nous devons poireauter 2h en attendant que notre bungalow soit libéré et préparé. Nous en profitons pour répéter notre concert de Noël de ukulélé + harmonica. La nuisance sonore ne presse pas le personnel de notre eco-lodge qui nous donne péniblement les clefs à 15h. Enfin installés, nous sautons dans le jacuzzi où nous attendons la smala Derville.
Ça bouillonne dans le jacuzzi
À 20h, c'est le débarquement ! Ils arrivent, exténués par 24h de voyage. Marie (la maman), Bruno (le papa) et Roman (le petit dernier, 13 ans) viennent de Paris. Marc (le 2ème, 24 ans) vient de Minsk et Léa (la 3ème, 22 ans) vient de Mexico. Joie absolue : nous arrivons à nous retrouver tous ensemble au moment convenu avec tous nos bagages ! Nous passons la soirée dans le lodge et dînons sur place en partageant chacun les aventures de nos 3 derniers mois. C'est l'effervescence, les conversations fusent dans tous les sens : on est très très heureux d'avoir de la visite, qui plus est pour les fêtes, et de voyager à 7 après 3 mois en tête à tête.


L'un de nos 2 bolides
Le dimanche matin, après une bonne grasse mat et un joyeux petit déjeuner, nous partons faire un tour dans les environs de San Pedro. Premier stop : la lagune Cejar. Une lagune d'eau salée, presque aussi salée que la Mer Morte. Les paysages alentours sont magnifiques. Les photos parlent d'elle-même. On est en plein cagnard. Le soleil cogne. Plusieurs sortent rôtis de cette baignade 😄


Le père et son aîné en contemplation
La lagune baignable proche de la lagune Cejar
À l'eau !
Les 3 sirènes
Un cadre dirigeant plutôt détendu
Ça barbote
Aucune retouche, aucun filtre photographique !

Nous reprenons notre 4x4 familial direction la Vallée de la Lune, une ballade dans le désert d'Atacama qui offre plusieurs points d'intérêt : une grotte, diverses points de vue, des cailloux aux formes étranges et une mine de sel. Les paysages, de roche et de poussière rappellent les paysages du satellite le plus connu de la Terre. Nous croisons de nombreux voyageurs qui font le tour en vélo... sous 30°, c'est courageux. Et ça monte ! Notre Roman national a un gros coup de chaud 😰😱



La Vallée de la Lune
La gymnaste
Fat people prohibited
Les sirènes hors de l'eau
En mode djeuns cool

La Vallée de la Lune

Vue sur l'Amphithéâtre de la Vallée de la Lune

Des amoureux en orbite
Nous sommes de retour en fin de journée au lodge. Après une bonne douche et quelques appels à la famille en métropole pour souhaiter un joyeux Noël, nous nous dirigeons vers le restaurant. Nous passons un joyeux et bon dîner à la Casona : pianiste live, délicieux cocktails, plats de viande gargantuesques et savoureux. 

Le lendemain, après le petit déjeuner, nous faisons l'échange des cadeaux. Tout le monde est gâté, même si pour l'un d'entre nous, son cadeau est resté par erreur à Paris. Nous offrons à toute la famille de typiques pulls en laine de lama, qui nous permettront de faire de belles photos (un jour encadrées sur des cheminées ou imprimées en magnet).

Nous prenons ensuite nos maillots, direction : les termes de Puritama. Il s'agit d'une source d'eau chaude à 3600m qui crée un petit ruisseau dans lequel on peut se baigner. Le Lonely parle d'un lieu idyllique... et c'est effectivement le cas ! Après une petite attente à l'entrée dûe à l'évacuation des personnes du matin, nous garons notre 4x4 et commençons à descendre à pied vers le fameux ruisseau. Nous sommes presque les seuls étrangers au milieu des locaux. Le tarif pour les touristes est presque prohibitif (l'équivalent de 20 euros) alors qu'il n'est que d'1,3 euros pour les gens de San Pedro. Les familles viennent avec tout le matériel pour y passer la journée : parasols, glacière et binouzes.
Dans le lit du ruisseau ont été aménagés 8 puits d'amont en aval, tous bordés par des roseaux. Nous en testons 3 d'entre eux et barbotons tout l'après-midi. L'eau est à 30° et contraste avec l'air frais de l'altitude. Il fait soleil. C'est le pied. 



Vue sur le ruisseau en contrebas
Le ruisseau dans les roseaux
Léa et Roman dans les eaux chaudes
Le grand frère dans les roseaux
En revenant, nous passons par la Vallée de la Mort et ses dunes gigantesques que certaines descendent en sandboard.


Paysage de roche
Roman qui dévale la pente
Beaucoup de sable

 En fin de journée, nous assistons à la messe de Noël dans la petite église de San Pedro. Nous sommes une quinzaine. Le prêtre demande si nous avons des intentions particulières, des personnes pour lesquelles nous souhaiterions unir nos prières. Alex se décide, encouragés par tous, à transmettre au prêtre les noms qui nous sont chers. C'est ainsi que sont répétés plusieurs fois, avec un fort accent chilien, "Bilou Grosset, Dominique Derville, Elisabeth Boullier", dans cette petite église au toit en bois de cactus au milieu du désert. Un beau moment. Après 40 minutes, l'office (efficace!) se termine et nous serrons la paluche du prêtre. Nous dînons au village et regagnons nos cases écologiques.

Nous nous levons de bonne heure le lendemain pour visiter le désert de sel d'Atacama. Il est beaucoup plus petit et moins plat que celui d'Uyuni que nous avons traversé en Bolivie, mais spectaculaire aussi : bordé de 2 chaînes de montagnes (la Cordillera et le Domeyko), des groupes de flamants roses se laissent approcher dans les lagunes où ils pêchent leur nourriture.

Une belle palette pastel
Des flamants qui ont la dalle !
Une famille d'artistes

Sympa de voyager à plusieurs : on fait le stock de photos de couple (pour les magnets, les cadres sur la cheminée toujours...) !
Après ces paysages spectaculaires, nous reprenons la route pour atteindre les lagunes Miscanti et Miñiques. Deux lagunes aux eaux turquoises situées à 4800m d'altitude. Ça caille bien ! Ces 2 lagunes sont totalement inattendues, cachées entre les montagnes, on ne les devine pas du tout de loin. Le site est très préservé et bien surveillé par des gardes chiliens : impossible de trop s'approcher de l'eau, il faut rester dans les petits sentiers sous peine de de faire siffler. Pas moyen de croquer dans un sandwich en dehors de l'air de pic-nic. Ils ont l'oeil !


La lagune Miscanti
Un peu plus près
Le crew des moins de 30 ans en pull
Une variante de la photo de couple, devant la lagune cette fois
Un petit renard croisé sur la route

Nous terminons cette belle journée par un cours d'astronomie (et non d'astrologie) et d'observation des étoiles avec Léa. Un jeune astrologue belge installé à Atacama nous explique la différence entre univers, galaxie, système solaire, voie lactée. Situé en altitude et très éloigné de toute grande agglomération, San Pedro est un endroit mondialement connu pour l'observation des étoiles. La NASA y a testé du matériel avant de l'envoyer sur Mars. A travers 4 gros télescopes, nous contemplons des étoiles blanches, rouges et bleues dans le ciel, 2 constellations lointaines et la Lune. Nous la voyons de si près ! On voit toutes ses imperfections... Nous repartons avec un beau cliché pris avec notre iphone à travers un télescope. 


La Lune, elle-même

Mercredi matin, nous nous levons avant l'aube pour aller observer les geysers de El Tatio. Ce plateau de geysers, le plus grand de l'hémisphère Sud, se trouve à quelques heures de voitures de San Pedro. Pour contempler des jets et des fumerolles hauts de quelques mètres, mieux vaut arriver très tôt. C'est au lever du jour que la différence de température entre les eaux souffrées (brûlantes) et l'air ambiant (très froid) est la plus grande et que le spectacle est le plus étonnant. Nous arrivons sur place vers 8h. On se croirait un peu sur Mars (de ce qu'on en imagine). Il fait très très froid : on est à 4300 mètres. Ça sent pas très bon. Ça gargouille de partout, avec des petites fontaines d'un mètre ou deux ici et là et des nuées de vapeur d'eau qui réchauffent. C'est amusant, surprenant mais pas très impressionnant.


Vapeur sur le plateau des geysers
Ça gargouille
En mode Inca
La famille se réchauffe

Après ces spectacles aquatiques, nous quittons la région d'Atacama et prenons la route vers le Nord, direction Iquique pour la seconde partie de notre séjour chilien. Nous partons avec déjà de très belles images plein la tête. Des paysages très dépaysants pour nous 2 malgré nos 3 mois de voyage sudaméricain dans les pattes. Très dépaysants aussi pour les parisiens qui nous ont rejoint. La déconnexion avec le traintrain quotidien a été immédiate. Cette ambiance désertique, ces formations rocheuses lunaires, la faune incroyable (ces flamants roses qu'on a presque pu carresser!)... Il y a vraiment beaucoup à voir à Atacama. Enfin, notre chance, c'est d'avoir pu le faire en famille, avec 2 véhicules 4x4 qui nous ont permis d'être libres et de nous épargner les tours en groupe obligatoires sinon (car tous les sites sauf la Vallée de la Lune sont à plusieurs dizaines de km d'Atacama). Bref, quelques jours au top du confort et surtout de l'ambiance qui promettent pour la suite !


Cheeeeese !

👌👌👌 Bons plans :
- Bus Arequipa -Tacna économique avec Flores : 20 soles
- Bus Tacna -Arica : 7 soles. Attention, il est 2h de plus au Chili qu'au Pérou. Prévoir 30 minutes à 1h au cas où pour traverser la frontière. 
- Bus cama Arica - San Pedro de Atacama : 25000 pesos chilien (33 euros) avec Turbus
- restaurant La Casona à San Pedro : cuisine chilienne savoureuse, cocktails au top. C'est pas donné (30 euros entrée - plat - dessert) mais idéal pour une occasion !

👎👎👎 Mauvais plan :
- Les pourboires "suggérés" sur les notes de restaurant au Chili et qui sont en fait... imposés !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire