dimanche 11 février 2018

Bling-bling et jet set dans le Nord Pérou

Une fois de plus, nous reprenons la route. Nous quittons notre petite bulle yogi de Huanchaco pour nous rendre dans la ville voisine de Trujillo d'où nous attrapons un bus pour Chiclayo, située à 4h de route au Nord.




Chiclayo et cultures pré-incas 


Le principal intérêt de cette ville réside dans ses musées archéologiques dédiés à la culture Moche (prononcer moché). Cette culture pré-inca a dominé la région entre 100 et 700 après JC. Ce peuple croyait à une vie après la mort aussi, quand leurs souverains décédaient, ils étaient enterrés avec tout le nécessaire pour vivre dans l'au-delà: nourriture, lama, bijoux, gardes, femmes et concubines. En 1987, les archéologues ont découvert à Sipán un immense site funéraire ayant appartenu à cette culture. Depuis, ils ont mis à jour 18 tombes richement fournies. Celles-ci contenaient tellement d'objets, bijoux, vêtements, ornements que les péruviens en ont rempli plusieurs musées. 

Nous avons prévu de ne rester qu'une seule journée à Chiclayo, pour visiter ces fameux musées. Aussi, des notre arrivée nous entamons un mini-marathon consistant à 1) réserver un tour pour faire les visites 2) tirer de l'argent  3) trouver un hôtel pour la nuit 4) acheter des billets de bus pour rejoindre Máncora dès le lendemain. Nous menons cela à bien avec une efficacité assez impressionnante. Cela nous a tout de même pris 2h. Nous terminons la journée dans une "polleria", restaurant typique qui sert du poulet grillé, où nous engloutissons un demi-animal aux arômes de poulet rôti.


Authenticité garantie chez El Milagro
Le sourire niais de l'homme rassasié 

Le seigneur de Sipán


Départ à 9h pour la tournée des musées dans un minibus rempli de touristes péruviens. Premier arrêt sur le site archéologique de Sipan où se trouvent les fameuses tombes. Nous visitons le petit musée attenant au pas de course puis enchaînons sur le site archéologique à proprement parler. L'ancienne citadelle du 2ème siècle a bien été usée par le temps et ressemble plus à un gigantesque tas de boue mais les excavations des archéologues et les reconstitutions des tombes nous donnent un bon aperçu de la grandeur de l'ancien site funéraire. La visite se poursuit au pas de course. À croire que c'est une manie dans cette partie du Pérou.



Amulette en argent
Tête de chat en argent, fragment d'un collier
Les restes de la citadelle
Le site funéraire
Tombe reconstituée du Sacerdote 
Le seigneur de Sipán enterré avec épouse, concubine, chef militaire, porte-étendard et gardes

Nous nous plaignons auprès de la guide et lui demandons de ralentir le pas. Celle-ci proteste en disant que nous avons un planning chargé et que nous devons être à 13h à notre lieu de déjeuner. Comme si le temps fort de la journée était la pause déjeuner. Plusieurs autres touristes vont dans notre sens. La police s'en mêle et finit par nous suggérer d'écrire dans le livre de réclamation de l'agence. Cela a manifestement calmé la guide qui fini par accepter de ralentir de pas. 

Nous continuons la visite avec le musée de "Tumbas Reales de Sipán" à Lambayeque où est exposé la majeure partie du contenu des tombes: celles du Señor de Sipan, du Señor Guerrero, du Sacerdote et du viejo Señor de Sipan. Toutes ont appartenu à des monarques ou des hauts dignitaires Moches ayant vécu entre 100 et 700 après JC. Le contenu des tombes est impressionnant par la quantité et la qualité des bijoux en or et argent. Les Moches étaient de fins artisans. La guide, qui nous a bien identifié comme les meneurs de la fronde, est au petit soin avec nous (et surtout avec Charlotte). Elle répète plusieurs fois ses explications et nous demande à maintes reprises si nous avons des questions.


Feu une concubine 
Des Moches enterrés avec leurs bijoux
Le Sacerdote tel qu'il a été trouvé vs reconstitué  
Le seigneur de Sipán en tenue d'apparat (reconstitution)   
Des bijoux en or finement taillés 


Dernière étape, le musée (un peu vieillot) de Brüning. C'est le premier musée de la ville, ouvert dans les années 80 et à l'aspect année 80. Il doit son nom à un collectionneur Allemand, qui, le premier a réuni grandes quantités de céramiques et objets des cultures nord-péruviennes. Lorsqu'il a voulu rentrer en Allemagne avec sa collection, les autorités lui en ont confisqué une partie et créé un musée à son nom. Après le musée du Señor de Sipan, celui de Brüning paraît un peu fade. Son seul intérêt réside dans la collection de céramique qui permet de voir l'évolution des techniques au fil des siècles.


Céramiques pré-incas 

Nous passons ensuite la fin de journée à glander à l'hôtel avant de prendre le bus de 22h30 pour Máncora.

Máncora


Le bus nous dépose à Mancora vers 5h du matin. Nous traînons nos affaires jusque la plage pour finir la nuit et admirer le lever du soleil. Le village se réveille doucement. Les premiers surfeurs se mettent à l'eau. Nous nous dirigeons vers la casa naranja, notre auberge. Celle-ci est un peu excentrée mais a le mérite d'être au calme. Avec son patio coloré et ses hamacs, c'est l'endroit idéal pour chiller. Par chance, la chambre est disponible dès le matin. Après une bonne douche nous dégustons un gros desayuno face à la mer. Le cadre est plutôt idyllique. 

Arrivée à Máncora
Le patio de la Casa Naranja 
Son intérieur coloré 
La terrasse du Green Eggs & Ham
Yumi yumi !

L'après-midi nous nous promenons le long de la plage jusqu'au port de pêche. Nous arrivons au moment où les pêcheurs déchargent les prises du jour. La jetée est couverte de caisses pleines de poissons. D'immenses requins renards jonchent le sol. La pêche a été bonne !


Le port de pêche de Máncora 

Le lendemain matin, session surf pour Alex. Le spot est bondé et les vagues un peu trop grosses pour lui si bien qu'il passe plus de temps à attendre et à faire la machine à laver qu'à prendre des vagues. Matinée de l'échec également pour Charlotte qui tente d'avoir au téléphone son ancien boss, Jérémie, sans succès.

L'après-midi nous partons pour la plage de Los Organos. Par chance, le propriétaire de l'auberge y va à ce moment-là et nous y dépose. La plage est bien plus belle que celle de Mancora et pratiquement déserte. Charlotte s'offre une petite session de bodyboard. 

Arrivée à Los Organos 
Loin des foules
Charlotte la bodybordeuse 
Coucou la tortue

Toujours à la recherche de plage paradisiaque, nous nous rendons le lendemain à Punto Sal, au nord de Mancora. Nous pic-niquons en profitant tranquillement de l'ombre (gratuite) fournie par l'une des nombreuses villas du front de mer. Charlotte se lance dans une chasse aux coquillages et ramasse tout ce qu'elle trouve.


Alex en pleine sieste digestive
Punta Sal, encore une plage bondée...  

Jean-Paul Crabe
L'envol des pélicans
Vive le Pérou 🇵🇪
Le trésor de Charlotte

Le soir, nous décidons de nous enjailler un peu et tentons de sortir. Il faut dire que Mancora a la réputation d'être un véritable temple de la vie nocturne. Que nenni ! On est vendredi mais tout est mort. Les bars de plages sont pratiquement vides. Certains ferment faute de client. Seul le Loki semble animé mais l'ambiance spring break / gringos avec de la mauvaise musique à fond ne nous enchante guère. Nous finissons tout de même par siroter quelques mojitos sur la plage, très au calme.

Journée relax pour notre dernier jour au Pérou. Petit déjeuner au soleil avec 2 français (bretons) de l'auberge. Nous allons nous baigner une dernière fois, ce qui est l'occasion d'une nouvelle chasse au coquillage. Charlotte est bien décidée à se confectionner un collier, il lui faut donc en ramasser un max 🐚 ! Dernier repas à la casa Naranja et nous partons prendre le bus pour Quito, achevant ainsi notre aventure péruvienne. 

Le bus a une heure de retard. Nous attendons donc patiemment à l'arrêt avec nos affaires. Il est près de 23h. Quelques badauds trainent dans la rue. Alex sort son petit sac contenant tout ce qu'il a de précieux et le pose sur le sol. Un péruvien se rapproche soudainement de nous, bien trop rapidement. Nous le regardons droit dans les yeux, et lui faisant un grand sourire tout en récupérant le petit sac. L'homme détale et disparaît aussi vite qu'il est apparu. Désolé ! Ça n'est pas aujourd'hui que tu detrousseras les voyageurs aguerris que nous sommes (¡hijo puta!).

Bons plans 👌👌👌

- Le musée du Señor de Sipán à Chiclayo. Si la ville n'a pas grand intérêt les musées dédiés au site de Sipan sont tout simplement incroyables et sans égal au Pérou. 

- Les plages de Los Organos et Punta Sal. Bien plus belles et bien moins fréquentées que celle de Mancora

- La casa Naranja. Auberge bon marché (pour Mancora) avec des parties communes colorées et très propices au chill. 

- Le Green Eggs & Ham. Restaurant de plage qui sert de délicieux petit-déjeuners tout en ayant une magnifique vue sur la mer.

- Bus Chiclayo-Máncora, 70 soles en semi-cama avec Transporte Chiclayo. 6h de trajet environ.

Mauvais plans 👎👎👎

- L'ambiance non festive. On nous avait vendu Máncora comme le Saint-Tropez péruvien, et bien on n'en est très loin ! A l'exception de la gigantesque auberge Loki del Mar où se retrouvent de nombreux backpackers en mode spring-break à l'américaine, les autres établissements sont plutôt vides et morts.

- Les tortues de Los Organos. Des tortues de mer servent d'attraction touristique le long de la jetée de Los Organos. Les locaux les nourrissent abondamment pour qu'elles restent et que les touristes puissent nager avec elles. Un triste spectacle.

- Máncora-Quito en bus pour 140 soles et 18h de voyage. Pas de bus direct pour rejoindre Quito depuis Máncora. Escale obligatoire à Guayaquil ou à Cuenca en Equateur. Il revient moins cher d'acheter un billet pour l'une de ces deux destinations et d'acheter ensuite son billet pour Quito. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire